04
juil - 12

Les deux grandes nouveautés du web…

Les noms de domaine accentués sont désormais accessibles aux particuliers depuis le 3 juillet 2012 !

 

L’AFNIC (Association française pour le nommage internet en coopération) rappelle qu’une trentaine de nouveaux caractères sont disponibles, essentiellement des lettres accentuées. C’est la première fois, depuis la création du système de nommage en 1985, qu’il est possible d’inclure des accents dans des adresses internet. Cette mesure s’applique également au .yt (Mayotte), .pm (Saint-Pierre-et-Miquelon), .wf (Wallis-et-Futuna), .tf (Terres australes et antarctiques françaises) et .re (la Réunion).

Les entreprises, elles, avaient déjà accès depuis le 3 mai dernier à la liste complète ci-dessous:

à, á, â, ã, ä, å, æ, ç, è, é, ê, ë, ì, í, î, ï, ñ, ò, ó, ô, õ, ö, œ, ù, ú, û, ü, ý, ÿ et ß.

Au 13 juin le total des dossiers déposés par les entreprises s’élevait à 1930 au niveau mondial dont 675 en Europe et seulement 54 en France. Les premières en lice sont notamment les grands comptes tels L’Oréal, Hermès ou encore Lancôme.

Nouvelle possibilité mais cette fois d’un tout autre ordre de prix : l’url personnalisé par région ou pour des termes génériques. Des dossiers ont déjà été déposés comme .paris, .corsica ou encore .banque ou .bio. Mais pour ce faire, il faut compter au minimum 138 000 euros, auxquels il a notamment fallu ajouter des frais de «consulting», quasi incontournables pour monter un dossier extrêmement technique, rarement inférieurs à 100 000 euros. Sans oublier plus de 18 600 euros de frais annuels.

Cette opération représente un changement majeur sur Internet car elle va permettre aux régions de se placer au même niveau qu’au .com ou .fr.

Les premiers projets d’extension devraient être opérationnels au premier trimestre 2013 mais pour l’instant il n’existe que 22 suffixes homologués.

Ces deux nouveautés offrent davantage de solutions aux marques afin de gagner en visibilité sur le web. Toutefois, la multiplication des solutions n’est pas sans risque et ouvre de nouvelles voies aux cybersquatteurs toujours plus imaginatifs et réactifs.

Alors soyez vigilants !



Mots-clefs :, , , , ,

Articles en rapports

Commenter