[Infographie] Les 11 secrets de l’uberisation révélés.

Par Lea - 23.07.15

Uber, Airbnb, Netflix, Blablacar, MyMajorCompany, Creads, OuiShare, KissKissbankbank, autant d’entreprises qui n’ont a priori rien en commun tant leurs secteurs d’activité sont éloignés. Et pourtant, elles participent toutes à l’uberisation de l’économie, c’est-à-dire une économie menée par les pratiques collaboratives dans laquelle les startups bousculent les codes établis. Pour mieux comprendre, Creads, la plateforme participative qui réunit 50 000 freelances, vous présente les 11 secrets de ces entreprises à succès. Alors prêts à être uberisés ?

 

Les acteurs de l'Uberisation

 

 

1. Le sens du service

1service

 

L’uberisation de l’économie (autrement nommée uberification), touche avant tout l’économie de service : transport, logement, banque, divertissement, biens de consommation, service à la personne, créations graphiques, livraison de repas, de fleurs et même recrutement et la santé. Julien Mechin, co-fondateur de la plateforme participative Creads, estime que « l’ uberisation est en train de toucher tous les secteurs de l’économie en apportant une couche de services supplémentaires à tout type de biens. »

2. Intermédiation de services

2intermédiatio2n

Les acteurs de cette nouvelle économie visent à supprimer les intermédiaires afin de développer une offre de tarifs attractifs. Selon Julien Mechin « elle permet de créer un intermédiaire peu coûteux par le biais de l’innovation technologique, souvent des plateformes digitales.» C’est d’ailleurs pour cela qu’on appelle également cette économie, l’économie de plateforme .

3. Application mobile… simple et intuitive

3mobil appli 2

Premier écran au monde devant la télévision, avec plus de 30 millions de mobinautes en France, et 9 mobinautes de plus chaque seconde dans le monde*. Les entreprises appartenant à l’économie de partage ont saisi l’opportunité du « mobile friendly » et ont développé une offre basée sur une application mobile.
Mais pas d’appli complexes à utiliser, celles-ci sont simples et intuitives. Elles ne possèdent souvent que peu de fonctionnalités pour plus d’efficacité.
*sources : RSLN MagCB NewsFrenchweb

4. Un service immédiat In Real Life (IRL)

4immédiat irl

Si l’intermédiaire est digital grâce à l’appli mobile, le service est lui, bien réel. Et souvent quasi immédiat, ou en tout cas réalisé très rapidement.
Car l’avantage principal du mobile et de ces nouveaux business se base avant tout sur le gain de temps qu’il offre à ses clients. C’est pourquoi on l’appelle aussi économie à la demande ou économie souple « je veux, j’obtiens ». Il s’agit de services associés à des produits concrets. “Chez Creads nous donnons accès à une communauté digitale composée d’hommes et de femmes qui vont produire des créations graphiques pour nos clients” explique Julien Mechin. “Même si la commande se fait en ligne, derrière, tout est une histoire de relations humaines tripartites entre le client, le graphiste et la plateforme”.

5. Des startups déjà rodées

5startu5p

Toutes les entreprises nageant dans les eaux de cette nouvelle forme d’économie sont des startups. Mais contrairement aux idées reçues, il ne s’agit pas de « bébés startups », plutôt des entreprises ayant déjà 4 à 5 ans d’existence et qui ont travaillé dur pour arracher le succès.

6. Inscrites dans l’ère de l’informatique ubiquitaire

6IA

Toutes les startups appartiennent au nouvel écosystème économique lié à l’informatique ubiquitaire. Ubiquiquoi ? L’informatique ubiquitaire ou informatique ambiante s’organise à partir d’un réseau de machines intelligentes. Ces machines suivent nos habitudes, anticipent nos besoins et communiquent discrètement entre elles « de manière non intrusive et presque invisible*». L’informatique a pénétré notre vie quotidienne et rendu omniprésent l’accès à l’information et donc bouleversé notre rapport à celui-ci.
Dotée de capacité d’analyse de l’environnement et des utilisateurs, cette intelligence artificielle permet aux entreprises de s’adapter ou de réagir en fonction des événements. Ce bouleversement est résumé dans le terme  mobiquité inventé par Xavier Dalloz, expert en conseil stratégique sur l’utilisation des nouvelles technologies, et dans la baseline « AnyTime, AnyWhere, AnyDevice ». Les startups de l’uberisation utilisent efficacement ces avancées technologiques et ont compris le bouleversement qu’elles impliquent dans la vie de tous les jours.

*source : Wikipédia

7. Même métier, même client, nouveau business model

7business model

Si l’ uberisation fait trembler les entreprises, c’est parce que ces entreprises ne créent pas de nouveaux concepts, elles améliorent l’existant. Pour y parvenir, elles changent le business model, pour profiter des atouts de l’informatique ubiquitaire mais aussi de la sharing economy (ou crowdsourcing ou économie participative ou encore collaborative).
En effet, le principe est souvent simple comme l’explique Julien Mechin, il s’agit ainsi de « créer une adéquation entre le besoin (du client) et une ressource disponible (chez le prestataire). L’économie participative permet d’offrir des solutions avec une grande adaptabilité et une grande flexibilité. »

8. La maximisation de l’expérience utilisateur via l’UXM (User Experience Marketing)

8UXM 2

Ces entreprises ont également en commun d’avoir proposé une offre de services basée sur une insatisfaction client. Ces startups font donc preuve d’une grande empathie client, d’une très bonne connaissance du marché sans pour autant en être initialement un intervenant (avant Uber, son fondateur avait créé une startup dans l’échange de documents en peer-to-peer).
Paradoxalement, les innovations qui en résultent sont à la fois « disruptives » et relativement « simplistes ».
Ainsi, un avantage considérable de ces entreprises est une culture du service client, se faisant, elles améliorent la qualité perçue du service proposé : soit en proposant des offres plus compétitives, soit en permettant de gagner du temps (le luxe de notre époque) soit en travaillant la relation client-entreprise et en proposant une expérience créatrice de valeur (des contenus riches d’informations ou de divertissements, un design agréable et une navigation fluide par exemple).

9. Innovation ouverte

9innovation 4

Les startups de l’uberisation pratiquent l’innovation ouverte. Par ce biais, elles permettent une transformation en profondeur des marchés existants en proposant des innovations « disruptives ».
L’un des axes d’innovation (au-delà de l’UXM vue précédemment) est la technologie puisque ces entreprises viennent prendre la place laissée béante par les entreprises en place non (ou mal) digitalisées. A l’image d’Uber, elles sont créées par des ingénieurs, embauchent des pointures en mathématiques et même en physique nucléaire, et viennent ainsi combler « le ratage de rupture technologique »* des acteurs en place.

*source Olivier Ezratty

10. Un succès fulgurant et un modèle scalable

10scalable 1

Autre caractéristique des entreprises de l’uberisation : leur modèle permet de créer un acteur dominant dans un temps très court.
Cette montée en puissance et cette explosivité sont permises par leur modèle scalable, c’est-à-dire, un modèle permettant de copier-coller son organisation dans de nombreuses villes et donc de gérer une forte croissance de l’activité de manière fluide, sans que la qualité ne soit altérée.
En poussant l’idée un peu plus loin, les acteurs mondiaux de l’uberisation sont également les maîtres de l’économie d’échelle, notamment en marketing et communication.

11. Un financement massif

11financement 2

La dernière caractéristique n’est pas la moins importante puisque ces startups ont majoritairement réalisées des levées de fonds considérables et possèdent des valorisations théoriques (boursières) énormes. On les appelle également les startups unicorns, phénomène amplifié en 2014 avec un triplement des financements (vs 2013) avec notamment Instagram et Whatsapp (respectivement ($1B et $19B encore par Facebook) et surtout Uber, la plus importante levée de fonds avec $5,9B*.
*Source : Fortune, The age of the Unicorns

La stratégie des investisseurs est simple : ils cherchent à repérer les pépites entrepreneuriales et mettent à leur disposition des moyens quasi démesurés. Ce sur-financement, crée une bulle inflationniste et permet ainsi aux startups de disposer de moyens leur permettant d’avoir des niveaux de tarification plus accessibles et de se développer rapidement sur le territoire et à l’international.

Nous avons cherché à dresser un tableau exhaustif des caractéristiques de l’économie à la demande. Évidemment, toutes les entreprises de l’uberisation ne “cochent” pas nécessairement l’intégralité des caractéristiques mais elles en possèdent l’essentiel.
Ce business model qui a été implanté par TopCoder et Medicast aux Etats-Unis puis déployé par Amazon avec son « mechanical turk », a été largement popularisé par la société de VTC Uber. Quelles sont les clés du succès de cette startup aujourd’hui valorisée à 40 milliards de dollars ?

Pour approfondir encore cette notion, consultez notre série d’articles détaillés sur l’uberisation. Si vous souhaitez en savoir plus sur Creads, n’hésitez pas à contacter notre service communication au 01 81 69 38 14 ou par mail teamcommunication@creads.org

A propos de Creads : 1ère plateforme française de création participative, Creads révolutionne le monde de la création graphique en la rendant accessible à tous. Véritable passerelle entre les marques et les créatifs du monde entier, Creads déniche les meilleurs talents pour répondre à tous les besoins des marques, de la création graphique (creads.fr), au déploiement d’opérations de marketing participatif (creads-digital.com), en passant par la mise à disposition du premier studio créatif dématérialisé (creads‐partners.com).
2 0

Qu'en pensez-vous ?