Mère de 3 enfants et graphiste à plein temps, Stéphanie alias Mistizouk nous salue depuis Saint-André-des-Eaux, en Loire-Atlantique. Il y a un an, elle quitte son agence de communication pour se lancer en tant que freelance. Aujourd’hui, l’indépendance lui réussit plutôt bien !

Bonjour Mistizouk, tu as passé de nombreuses années en agence. Pourquoi avoir décidé de te mettre à ton compte ?

Je suis restée 11 ans en agence de communication. De graphiste, j’ai évolué par la suite en tant que Responsable de Studio avec une équipe de 6 salariés à manager. Ce fut une expérience très enrichissante et formatrice ! Mais au bout d’un moment, les pratiques de l’agence ne correspondaient plus à mes envies et à mes valeurs. Il y avait trop d’interdits et puis tout était contrôlé. L’objectif était mis sur la rentabilité et de moins en moins sur la création. J’ai saturé ! J’avais besoin de retrouver le plaisir de créer. Une amie m’avait parlé d’une plateforme de création participative nommée Creads. En m’inscrivant, j’ai été très séduite par le concept et le fait de pouvoir choisir les projets sur lesquels je souhaitais travailler, un véritable luxe !

 « J’avais besoin de retrouver le plaisir de créer. »

Et aujourd’hui, tu te sens libre ?

Oui carrément ! Je travaille chez moi, j’écoute la musique que j’aime comme Eurythmics, Coldplay, Muse, U2 et surtout je peux faire une pause quand l’idée ne vient pas, aller sur internet sans donner l’impression de perdre mon temps ! Aujourd’hui, je m’organise comme je veux, c’est ce qui me plaît !

Mistizouk - illustratrice - parole de créa - creads

Bureau de Mistizouk

Etait-ce facile de se lancer ?

Avant de franchir le pas et d’être indépendante, j’ai mené ma petite enquête en interrogeant des amis freelances et en lisant des livres. Je voulais me renseigner au maximum pour être prête. Être graphiste freelance signifie également qu’il faut être bon commercialement et gérer sa comptabilité. Le passage en agence m’a bien aidé de ce côté-là. Il faut en effet avoir une certaine méthodologie pour ne pas être trop éparpillée et bien suivre les factures pour être payée en temps et en heure.

« Etre graphiste freelance signifie également qu’il faut être bon commercialement et gérer sa comptabilité. »

Quel statut as-tu choisi ?

Après avoir étudié les avantages et les inconvénients du statut d’auto-entrepreneur et celui de la Maison des Artistes, j’ai finalement opté pour ce dernier. Les charges sociales sont moins élevées et cela m’a permis de rester sous le régime de la sécurité sociale ce qui est plus simple pour moi avec mes 3 enfants. Par contre, ce statut est un peu contraignant pour le client car il doit payer une partie des cotisations à la MDA par lui-même durant la première année dans les tous les cas.

Que préfères-tu dans le graphisme ?

J’ai toujours bien aimé dessiner. A la FAC, j’ai même gagné un peu de sous en dessinant des portraits. Aujourd’hui, j’aime beaucoup réaliser des illustrations et des logos et sur Creads les projets ne manquent pas. J’aime bien l’idée de participer dès la création de la société. C’est très challengeant !

 

Mistizouk - illustratrice - parole de créa - creads

Les créations de Mistizouk

Bannières - Mistizouk

 

*************************************************************************

Si vous voulez travailler avec Mistizouk, venez faire un tour sur son portfolio

Si vous avez un besoin en création graphique, venez découvrir les différents services de Creads. 

N’hésitez pas à suivre l’actualité de Creads sur nos comptes Facebook et LinkedIn.

Et si vous avez aimé l’article, partagez-le autour de vous !