WWF (World Wildlife Fund) a eu une idée pour mettre en avant les espèces en danger. Pour parler à un public toujours plus connecté, il faut évoluer avec lui. C’est pour cela que WWF a lancé une campagne de publicité en totale adéquation avec son époque. En effet, la campagne « Don’t let this be my #lastselfie » diffusée au Danemark et en Turquie se compose de selfies des 5 espèces menacées soutenues par WWF (gorilles, tigres, ours polaires, pandas et orangs-outans).

Cette campagne a été réalisée par l’agence turque 41-29 qui a eu une idée de génie, diffuser ces selfies d’animaux sur Snapchat pendant 10 secondes. Le caractère éphémère de Snapchat rappelle au public touché, la fragilité  de ces espèces en danger et marque donc efficacement les esprits. Nous pouvons d’ailleurs nous demander si derrière le côté tendance du selfie ne se cache pas une certaine provocation : le selfie, avec son côté narcissique semble bien superficiel face à l’enjeu de la vie des espèces menacées.

Outre cet aspect choc qui invite à la réflexion, pourquoi ce choix de support ? Des études on démontré que les jeunes de la génération Y étaient plus sensibles aux messages photographiques qu’aux messages écrits ce qui expliquerait qu’ils délaissent Facebook et utilisent de plus en plus Snapchat.

Quoi qu’il en soit, les ONG se montrent de plus en plus actives sur les réseaux sociaux avec leurs campagnes de communication. En effet il y a quelques temps, l’ONG brésilienne ONDAzul a sensibilisé les jeunes à la cause environnementale avec ses « SnapFacts ».

Pour revenir à la campagne WWF, elle associe photographie, esthétisme, communication directe et symbolique éphémère ce qui donne ça :

Pour la protection des animaux c’est par ici :
https://faireundon.wwf.fr/b/mon-don